Top 10 séries télé 2019 de Mario Melidona

Poster un commentaire

2 février 2020 par Mario Melidona

Top 10 Télé Mario

Les Cahiers du cinéma ont nommé TWIN PEAKS : THE RETURN (la nouvelle saison) comme le « meilleur film » de la décennie. Perso, je trouve que c’est un affront. Si nous sommes dans un nouvel âge d’or de la télé, et que les œuvres sont supérieures à celles qui sortent en salles, il n’y a aucun mal à l’admettre. D’un autre côté, deux « téléfilms » prestigieux (ça devient complexe) ont été produits, soit EL CAMINO : A BREAKING BAD MOVIE et DEADWOOD (titre alternatif : DEADWOOD: THE MOVIE), mais ils ont clairement la forme, l’écriture, la durée, le titre et l’allure d’un long métrage, et non d’un épisode quelconque. Tout ça pour dire que TWIN PEAKS : THE RETURN n’est pas un film, un long métrage, mais bel et bien une minisérie, et, oui, probablement l’une des meilleures de la décennie. Quelle année !
Je ne puis saisir encore à quel point ce millésime marquera l’histoire de la télé, outre le fait que « l’Enfant » (renommé par les fans Bébé Yoda) est clairement la mascotte de l’année, et que la domination du médium sur le cinéma perdure (désolé les collègues). Comme chaque année, les nouvelles séries tentent de se frayer un chemin à travers les plus récentes saisons des récits établis et attendus. Vous trouvez la réalité particulièrement difficile ? Ce n’est pas le petit écran qui va vous remonter le moral, le miroir qu’il tend étant particulièrement sombre.

Unbelievable

10. UNBELIEVABLE – Susannah Grant, Ayelet Waldman et Michael Chabon
UNBELIEVABLE est un œuvre incendiaire né de l’absence de considération envers les victimes tandis qu’évoluent le mouvement #MeToo et la culture de l’annulation année après année. Toni Collette, Merritt Wever et Kaitlyn Dever livrent de telles performances qu’elles forcent l’identification et l’attachement émotionnel. Le pari de Susannah Grant, auteure et productrice de la série, c’est d’ignorer les abuseurs pour laisser ainsi toute la place au bouillonnement intérieur des victimes, de leur donner une voix. En résulte une série délicate, frustrante, compassionnelle, poignante.

What we do in the shadows

9. WHAT WE DO IN THE SHADOWS – Jemaine Clement d’après le film de Taika Waititi
Je n’avais pas vu le film original de 2014 jusqu’à ce que cette série commence et je dois admettre qu’il est absolument hilarant, du début à la fin. Heureusement, cette série l’honore et conserve cet esprit godiche. Les vampires de cette série, soutenus par leurs serviteurs humains, tentent de conquérir Staten Island (New York). Quête simple pour une série tellement ridicule et hilarante qu’elle me donne mal au visage, littéralement ! La ribambelle de caméos impressionnante formant le conseil des vampires est également une raison de regarder cette série sans modération.

Pose

8. POSE – Ryan Murphy, Brad Falchuk et Steven Canals
L’élément le plus puissant que nous livre POSE pour vaincre les préjugés est une déclaration inconditionnelle d’amour en situation de crise. Après une première saison sans faille, POSE s’intéresse évidemment à la crise du sida, mais, plus surprenant, effectue un virage résolument drôle avec cette virée dans les Hamptons suite au choix d’Elektra de devenir une dominatrice, ce qui évidemment tourne au tragicomique. Cette série propose donc des situations à priori scandaleuses, mais trouve toujours le moyen d’accompagner et rassurer ses personnages (et donc les spectateurs) en leur apportant de l’espoir. Encore une fois, les robes gargantuesques volent la vedette durant les bals.

Better Things

7. BETTER THINGS – Pamela Adlon et Louis C.K.
Nous pouvons affirmer que la série est maintenant pleinement dans les mains de Pamela Adlon, cette dernière ayant réalisé tous les épisodes de cette troisième saison en plus de ses responsabilités habituelles. Ici, nous explorons la carrière d’actrice et le rôle de mère de Sam Fox. C’est une série qui est drôle, directe, qui fait mal et qui est visiblement authentique. Pour en être convaincu, il suffit de lui accorder une chance.

Crazy Ex-Girlfriend

6. CRAZY EX-GIRLFRIEND – Rachel Bloom et Aline Brosh McKenna
Il est toujours très périlleux de conclure une série, CRAZY EX-GIRLFRIEND n’échappant pas à l’adage puisqu’elle évoque les aléas de la vie de Rebecca Bunch à travers des numéros chantés (et dansés). Nonobstant, cette saison présente son lot de chansons accrocheuses et iconiques telles sa lettre d’amour à West Covina qui se double d’un adieu à la série elle-même, There’s No Bathroom interprétée par nul autre que « Weird Al » Yankovic, l’hommage à LA LA LAND Anti-Depressants Are So Not A Big Deal pour souligner le retour de Rebecca à la thérapie, et tellement d’autres sans oublier le concert en direct diffusé immédiatement après la finale. La série a fait le pari de l’honnêteté et la franchise, peu importe le cynisme découlant du monde horrible qui nous entoure. Personnellement, je sais que je la revisiterai régulièrement et que sa trame sonore m’accompagnera longtemps.

Euphoria Zendaya. photo: HBO

5. EUPHORIA– Sam Levinson
EUPHORIA est une réflexion sur l’expansion actuelle de notre définition de l’identité sexuelle. Cette série a causé un tollé en raison de sa représentation de la sexualité des jeunes d’aujourd’hui. Sexe, drogue, désordre, chaos ; ainsi va la vie de Rue Bennett (Zendaya), qui compose avec ses traumatismes de la seule façon qu’elle connaisse. Créée par Sam Levinson, cette série propose une mise en scène très stylisée où la caméra flotte à travers des décors qui disparaissent, où la lumière symbolique rend tangible l’invisible et où les personnages semblent irrémédiablement transportés vers le prochain désastre inévitable.

Russian Doll

4. RUSSIAN DOLL – Natasha Lyonne, Leslye Headland et Amy Poehler
RUSSIAN DOLL est une variation ingénieuse de la boucle temporelle façon GROUNDHOG DAY où Nadia Vulvokov (joué par la co-créatrice Natasha Lyonne) meurt durant sa propre fête d’anniversaire, le jour de ses 36 ans. La ville de New York devient pratiquement un personnage avec sa myriade de citoyens typiques qui parsème le quotidien de Nadia, incapable d’échapper à son funeste destin. Tandis que le monde s’écroule, Nadia se rapproche sans cesse d’où elle doit être et de la solution. C’est une série forte qui invite la relecture, moins pour le scénario que pour ses personnages complexes.

THE GOOD FIGHT

3. THE GOOD FIGHT – Robert King, Michelle King et Phil Alden Robinson
Il n’y pas une seule chaîne de nouvelles cette année ou une émission de fin de soirée qui n’a pas fait de couverture extensive sur le président des États-Unis Donald Trump et ses frasques auprès des gouvernements étrangers. THE GOOD FIGHT de son côté amplifie l’absurdité du réel alors que la protagoniste Diane Lockhart (Christine Baranski) s’investit dans un groupuscule secret de femmes souhaitant se débarrasser du 45e président. Cette saison accueille également Roland Blum (Michael Sheen, qui s’amuse comme un petit diable) avocat causant des ravages à sa firme, lui qui est accro aux suçons à la fentanyl ! Cette série révèle de manière lucide le chaos actuel de la chose politique.

Chernobyl

2. CHERNOBYL – création et scénario : Craig Mazin, réalisation : Johan Renck
Pendant que le gouvernement refuse d’admettre que le pire est arrivé, les scientifiques, les cols bleus et l’équipe de secours doivent composer avec les conséquences inhumaines d’un incident nucléaire. Jamais l’horreur n’aura été représentée d’une telle façon, aussi terrifiante que nécessaire, les individus touchés voyant leur peau brûler et pendre de leur chair, leur sang devenir du poison avant que leurs cendres se répandent dans toute la ville de Tchernobyl. La minisérie alterne entre plusieurs récits et le spectateur ne peut souffler une seule seconde. C’est un miroir nous rappelant notre négligence, notre avidité et notre impossibilité à reconnaître nos torts. Absolument terrifiant et donc tout naturellement captivant.

Watchmen

1. WATCHMEN – Damon Lindelof d’après l’œuvre d’Alan Moore et Dave Gibbons
WATCHMEN a prouvé une chose : en nous racontant et en explorant notre historique des relations que nous entretenons avec les minorités, nous pouvons entamer un dialogue qui viendra remplacer l’illusion d’équilibre que l’on souhaite aveuglément entretenir. Le créateur de la série Damon Lindelof a assemblé une équipe diversifiée d’auteurs afin d’enhardir les multiples mystères entourant l’exil du Dr Manhattan sur la planète Mars (perdu ? il faut lire d’urgence le roman graphique culte d’Alan Moore et Dave Gibbons). L’histoire suit Angela Abar (Regina King), une policière retraitée qui vagabonde la nuit sous les traits du héros masqué Sœur Nuit. L’origine déchirante de ses activités nocturnes est explorée, mais je me retiens d’en dire plus afin de ne pas gâcher les moult détails, révélations et surprises que contient cette saison (ou peut-être était-ce l’intégralité de cette histoire). Rajoutons que la trame sonore est signée Trent Reznor et Atticus Ross, qu’elle est sublime, et qu’elle accompagne à merveille cette série absolument immanquable. Du grand art.

***

Cinq de plus !

Mindhunters

11. MINDHUNTER – Joe Penhall
La nouvelle saison de cette série fictionnelle de crime-réalité (true crime) est plus centrée, plus efficace, en choisissant de se concentrer sur les meurtres d’enfants à Atlanta (de 79 à 81) et sur Charles Manson. David Fincher est revenu réaliser quelques épisodes et sa marque se fait ressentir durant toute la saison.

Big Mouth

12. BIG MOUTH – Nick Kroll, Andrew Goldberg, Mark Levin et Jennifer Flackett
Il n’y a aucun sujet trop tabou pour cette série d’animation audacieuse, ce qui est génial sauf quand c’est fait de façon maladroite, comme ce fût le cas lorsqu’elle aborde la bisexualité. Si vous hésitez à embarquer dans cette série, écoutez Disclosure the Movie : The Musical !, probablement le meilleur épisode de cette troisième saison.

Game of Thrones

13. GAME OF THRONES – David Benioff et D. B. Weiss d’après l’œuvre de George R. R. Martin
Peut-être cette dernière saison fût la plus décevante, seul le temps nous le dira, reste qu’encore une fois, ce fût un phénomène de société avec sa production hallucinante et ses scènes d’action anthologique.

Castle Rock

14. CASTLE ROCK – Sam Saw et Dustin Thomason d’après l’œuvre de Stephen King
L’interprétation de Lizzy Caplan du personnage culte Annie Wilkes (MISERY) est simplement phénoménale. Cette deuxième saison est d’ailleurs beaucoup plus solide et cohérente que la première ; elle récupère la mythologie du roman SALEM’S LOT et parvient mieux à unifier au petit écran l’univers expansif du maître de l’horreur.

Veep

15. VEEP – Armando Iannucci
Ce fut d’abord une grande farce politique se moquant des États-Unis (et corollairement du monde). Force est d’admettre que la réalité a rejoint la fiction et que VEEP ressemble plutôt à un documentaire de nos jours ! Cette ultime saison se concentre sur Selina Meyer (Julia Louis-Dreyfus) qui met en œuvre tout ce qui est en son pouvoir pour sauver sa propre campagne présidentielle, incluant le sacrifice de son protégé.

***

L’âge d’or de la télé – les 35 suivantes (en ordre alphabétique) :
ASH VS EVIL DEAD, BARRY, BASKETS, BIG LITTLE LIES, DOLLFACE, EVIL, FOSSE/VERDON, FULL FRONTAL WITH SAMANTHA BEE, GENTLEMAN JACK, GLOW, HANDMAID’S TALE, KILLING EVE, KIM’S CONVENIENCE, LAST WEEK TONIGHT WITH JOHN OLIVER, LEAVING NEVERLAND, LEGENDS OF TOMORROW, LEGION, MARY KILLS PEOPLE, MOM, ON BECOMING A GOD IN CENTRAL FLORIDA, ONE DAY AT A TIME, PERFECT HARMONY, RU PAUL’S DRAG RACE UK, SCHITT’S CREEK, SEX EDUCATION, SILICON VALLEY, STRANGER THINGS, STUMPTOWN, THE CONFESSION KILLER, THE CROWN, DEVIL NEXT DOOR, THE END OF THE F***ING WORLD, THE GOOD PLACE, THE RIGHTEOUS GEMSTONES, VICTORIA.

***

Deux services ainsi qu’une dizaine de séries que je dois rattraper :
Toutes les séries de la nouvelle plateforme Apple TV +, toutes les séries de la nouvelle plateforme Disney +, RICK AND MORTY saison 4 partie 1, WHEN THEY SEE US, TWILIGHT ZONE, FLEABAG, PEN15, THE MARVELOUS MRS. MAISEL, SUCCESSION, HIS DARK MATERIALS, TOO OLD TO DIE YOUNG, THE ACT.

Ai-je oublié votre série télé préférée ? Je suis curieux de savoir quelles sont les vôtres. N’hésitez pas à les énumérer dans la section commentaires !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

archives

%d blogueurs aiment cette page :