Top 10 films québécois pas-gris des années 2010

Poster un commentaire

9 juin 2019 par Pascal Plante

On reproche à qui mieux mieux que notre cinématographie est trop drabe. La route vers le gala Québec Cinéma (qui vient d’ailleurs de récompenser comme meilleur film la comédie 1991 de Ricardo Trogi) semble d’ailleurs être le signal de certains éditorialistes pour professer de tels énoncés. Pourtant, lorsqu’on s’y penche un tant soit peu, on réalise vite fait la diversité des œuvres qui constituent le corpus cinématographique de la belle province. Alors, pour coller un sourire à nos faces, voici un ramassis pas trop trop réfléchi de dix superbes films québécois pas-gris pantoute* :

Guibord s'en va-t-en guerreGUIBORD S’EN VA-T-EN GUERRE (2015, Philippe Falardeau)
C’est quoi ? Une brillante satire du système politique canadien qui, par le regard de son ingénu voltairien, illustre le ridicule de l’actuelle structure du pouvoir. Le film réalise le tour de force de vulgariser des enjeux complexes de façon intelligible, ludique, avec toute la vitalité d’esprit que l’on connaît de son créateur, qui signe ici son meilleur film à ce jour.
Pourquoi c’est pas-gris ? Patrick Huard. Musique hop-la-vie de Martin Léon. Micheline Lanctôt qui demande : « avez-vous fini de nous prendre pour des melons ? » Un peu de hockey.

MommyMOMMY (2014, Xavier Dolan) – notre critique complète
C’est quoi ? Tantôt tendre, tantôt bestial, mais suintant tout l’amour que Dolan voue à ses personnages plus grands que nature, MOMMY traite de la relation amour-haine tumultueuse d’une mère et de son fils. Ce cinquième film en autant d’années représente l’aboutissement des thématiques de prédilections de son exubérant auteur, toujours en proie à des créations foudroyantes.
Pourquoi c’est pas-gris ? Direction artistique ampoulée. Cinématographie colorée. Céline Dion. Eiffel 65. Wonderwall.

Tu dors NicoleTU DORS NICOLE (2014, Stéphane Lafleur) — notre critique complète
C’est quoi ? Le temps suspendu de deux ados ne sachant pas quoi faire de leur peau durant les vacances d’été s’avère être la parfaite toile de fond pour illustrer la jeunesse et toutes ses contradictions. Le sens du rythme de Stéphane Lafleur est irréprochable : lui seul sait faire basculer le banal vers le comique de façon aussi fluide.
Pourquoi c’est pas-gris, même si c’est en noir et blanc ? Humour décalé. Dialogues savoureux. Martin : le jeune voisin avec la voix.

Laurence AnywaysLAURENCE ANYWAYS (2012, Xavier Dolan)
C’est quoi ? Un autre film de Dolan : tellement excessif qu’il en devient effronté ! On y suit la transition de Laurence qui veut devenir une femme, sous le prisme de la relation amoureuse qu’il tente d’entretenir avec sa copine. Semblant être convaincu qu’il réalisait un chef-d’œuvre, Dolan insuffle à son troisième long une énergie folle, fougueuse, transgressive et totalement contagieuse.
Pourquoi c’est pas-gris ? Le souffle épique. Les ralentis too much. Le vent dans les cheveux. Les vêtements qui tombent du ciel. Les costumes hauts en couleur.

Les Mauvaises herbesLES MAUVAISES HERBES (2016, Louis Bélanger)
C’est quoi ? Un acteur de théâtre poursuivi par le crime organisé se retrouve chez un reclus qui fait pousser du pot illégalement dans sa ferme. S’en suit une comédie intelligente sur des amitiés improbables, qui révèle au passage le talent exceptionnel de la comédienne Emmanuel Lussier-Martinez.
Pourquoi c’est pas-gris ? Marijuana. Luc Picard en gangster. Autodérision des artistes.

Mad Dog LabineMAD DOG LABINE (2018, Renaud Lessard et Jonathan Beaulieu-Cyr)
C’est quoi ? Film de fiction tourné avec authenticité à Pontiac avec de jeunes locaux supportés par des caméos insolites, MAD DOG LABINE suit l’aventure de deux jeunes gagnantes à la loterie qui doivent trouver un adulte pour endosser leur gain. Le regard bienveillant des cinéastes insuffle à ce film cru une fraîcheur et un charme marqué.
Pourquoi c’est pas-gris ? Le jeune pêcheur plein de sagesse. « J’m’achète des fleurs pis j’me les pitche ! » La voix radiophonique de Julien Poulin. La gang du chalet.

Les AffamésLES AFFAMÉS (2017, Robin Aubert)
C’est quoi ? Une invasion de morts-vivants force les habitants d’un village québécois à lutter pour leur survie. Synopsis classique, pour un sous-genre ultra-codifié. Pourtant, Robin Aubert confère à ses affamés une mythologie unique, empreinte de mystère, dans un film qui se targue notamment d’une conception sonore extrêmement inventive.
Pourquoi c’est pas-gris ? Z-O-M-B-I-E-S ! Ah, et s’il faut plus d’arguments : la machette de Brigitte Poupart. Didier Lucien. Les blagues douteuses de Marc-André Grondin. Le tir de carabine.

Charlotte a du funCHARLOTTE A DU FUN (2018, Sophie Lorain) – notre critique complète
C’est quoi ? L’un des longs-métrages les plus sous-évalués des dernières années : un film « d’ados » qui ne prend pas les ados pour des cons ; qui ne les infantilise pas à grand coup de morale conservatrice, bien au contraire. Ici, on célèbre les mœurs changeantes, et ce, tout en humour, légèreté et finesse.
Pourquoi c’est pas-gris, même si ça aussi, c’est en noir et blanc ? La scène Bollywood. Dance Dance Revolution. L’opéra Carmen. L’amitié au féminin sans filtre.

En attendant avrilEN ATTENDANT AVRIL (2018, Olivier Godin)
C’est quoi ? Un charivari de pseudo-enquête fantastico-absurde avec un os qui chante, un acteur avec un bras de gorille, une détective grivoise, un narrateur-conteur-chanteur, des iris en pantomime… L’inimitable Olivier Godin livre avec EN ATTENDANT AVRIL son film/ovni le plus réussi (et le plus drôle) à ce jour.
Pourquoi c’est pas-gris ? Pour toutes les raisons énumérées ci-haut.

Claire l'hiverCLAIRE, L’HIVER (2017, Sophie Bédard-Marcotte)
C’est quoi ? Cette autofiction aux envolées fantastiques s’amuse à tourner la crise de la vingtaine de sa créatrice en bourrique. Le résultat déborde d’imagination, et prouve dur comme fer que la création artisanale, en contexte de micro budget, peut être synonyme de liberté et d’inventivité.
Pourquoi c’est pas-gris ? L’humour méta. Les déneigeuses. La fanfare tonitruante. L’animation bric-à-brac.

***

Bonus : une dizaine d’autres bons films québécois des dernières années pas-gris du tout :
LES AMOURS IMAGINAIRES, STARBUCK, AVANT QU’ON EXPLOSE, DISCOPATHE, TURBO KID, LOUIS CYR, LE CŒUR DE MADAME SABALI, LA DISPARITION DES LUCIOLES, PRANK, LES ARTS DE LA PAROLE, LES PEE-WEE 3D (sans blague, je te jure que c’est bon ce film-là !)

Ça fait onze. Encore mieux.

Bon visionnement !

*À noter, plusieurs drames-pas-si-dramatique-que-ça ont été arbitrairement écartés de cette liste, comme le magnifique UNE COLONIE de Geneviève Dulude-De Celles, ou alors EN TERRAINS CONNUS de Stéphane Lafleur. Je le mentionne, car cela pourrait expliquer l’absence de tel ou tel film. Par ailleurs, au moment d’écrire ces lignes, je n’ai pas encore eu la chance de voir LA FEMME DE MON FRÈRE de Monia Chokri.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

archives

%d blogueurs aiment cette page :