Top 10 2018 de Delphine Larose

Poster un commentaire

5 janvier 2019 par Delphine Larose

top 10 delphine larose

Quand je pense à 2018, je pense à la famille, au documentaire, aux noir et blanc, à l’Asie, mais surtout au génie qui définit les réalisateurs présents dans cette liste. Certes, il ne s’agit que d’une minuscule sélection de l’immensité cinématographique qui s’offre à nous annuellement ; malgré tout ce qui a pu m’échapper, voici mes 10 coups de cœur de l’année.     

fauve

10. FAUVE – Jeremy Comte
Ça n’aura pris que 17 minutes à Jeremy Comte pour faire un des meilleurs coups du cinéma québécois de 2018. Tout y est dans FAUVE : un paysage lunaire à couper le souffle, la présence écrasante du jeune acteur Félix Grenier, une montée dramatique qui nous sert à la gorge jusqu’à la fin. Il est également primordial de mentionner la quasi impeccable direction photo d’Olivier Gossot, qui nous transporte dans cet univers apocalyptique un plan à la fois.

mcqueen

9. McQUEEN – Ian Bonhôte et Peter Ettedgui
Je me rappelle encore mon premier voyage solo au printemps 2011, où j’ai exploré Londres et ses environs. J’étais passée devant la devanture de la boutique d’Alexander McQueen, encore remplie de fleurs malgré les mois écoulés depuis sa tragique disparition. J’ai toujours eu un énorme respect et une certaine admiration pour la créativité sans faille du designer, et ce documentaire est venu me confirmer le génie de ce grand créateur de mode. Un récit qui nous rappelle que la ligne est parfois bien mince entre beauté et laideur.

thunder road

8. THUNDER ROAD – Jim Cummings
Suite au court métrage du même nom, Jim Cummings nous revient avec une version longue de THUNDER ROAD, racontant l’histoire d’un policier hors norme vivant le deuil de sa mère. Dans toute sa maladresse, ce dernier (interprété par Cummings lui-même) tente de peine et de misère de créer des liens avec sa jeune fille, qu’il ne voit que quelques jours par semaine. C’est la quête d’un homme qui souhaite devenir une meilleure personne pour ceux qui l’entourent, malgré toute la vulnérabilité qui l’habite : une vraie ode à la vie dans toute son imperfection. 

roma

7. ROMA – Alfonso Cuarón
J’ai longuement cogité sur ROMA après son visionnement, et j’en suis venue à la conclusion qu’il n’en fallait pas plus que cela pour faire un grand film. Au fond, son histoire, c’est l’amour qui habite chaque personnage pour l’autre, malgré les strates sociales, les liens familiaux fragiles ou les tempêtes qui les entourent. L’amour est encore plus grand que les mots ou les gestes ; en tant que spectateur, on le voit et on le sent avec son cœur, du début à la fin.

science fair

6. SCIENCE FAIR – Cristina Costantini et Darren Foster
N’ayant pourtant aucune envie de revivre mes années de l’école secondaire, SCIENCE FAIR m’y a gentiment replongée, l’époque où je n’avais aucun plaisir à faire des maths ou de la science. Contrairement à moi, les jeunes présentés dans ce documentaire sont des passionnés qui rêvent tous la même chose : remporter le premier prix de la Intel International Science and Engineering Fair (et accessoirement empocher 75 000 $ et s’assurer une place de choix dans n’importe quelle école de l’Ivy League.) J’ai eu un immense plaisir à regarder ces jeunes intellos être au centre de l’attention de ce doc, alors qu’habituellement ils sont inaperçus de leurs collègues de classe. Longue vie aux nerds !

won't you be my neighbor?

5. WON’T YOU BE MY NEIGHBOR? – Morgan Neville
Bien qu’inconnu pour la majorité des jeunes milléniaux francophones, Fred (Mister) Rogers a marqué des générations de jeunes enfants à travers le monde, pendant plus de 30 ans. Dans ce documentaire, Morgan Neville nous expose la dévotion colossale qu’avait Rogers pour les enfants, ainsi que l’énorme différence qu’il a pu faire chez des milliers d’entre eux. Une grande personne comme il s’en fait de plus en plus rarement.

cold war

4. COLD WAR – Pawel Pawlikowski
Au premier coup d’œil, l’histoire peut paraître bien simple : l’amour impossible d’un homme et d’une femme dans une Europe écorchée par les guerres. Mais au final, COLD WAR, c’est bien plus que ça. C’est l’émancipation d’une jeune femme de la campagne polonaise, c’est la découverte du grand amour, de la musique, de la beauté qui nous entoure. Mais je crois que ce qu’il y a de plus beau dans ce film, c’est l’affection que Pawlikowski pose sur ces deux amoureux tout au long du récit, puisqu’il s’est inspiré en partie de l’histoire de ses parents. Cette tendresse vient donner énormément de chaleur à ce film qui nous enveloppe et nous rassure tout en douceur.

burning

3. BURNING (BEONING) – Lee Chang-dong
Plus le temps passe, plus j’arrive à assembler les pièces de ce casse-tête, sans cependant arriver à le compléter. Bizarrement, je n’ai pas nécessairement envie de trouver l’endroit où va chaque morceau, question de faire durer le mystère à jamais. BURNING est colossal : tout s’installe si lentement que ça nous éclate en plein visage sans même que l’on s’en rende vraiment compte. Définitivement un film à voir, encore et encore.

shoplifters

2. UNE AFFAIRE DE FAMILLE (SHOPLIFTERS / MANBIKI KAZOKU) – Hirokazu Kore-eda
UNE AFFAIRE DE FAMILLE, c’est possiblement la plus belle histoire familiale des dernières années. Dans ce portrait d’un Japon éclaté, Kore-eda nous fait entrer dans l’univers de cette unité complexe, où chaque personnage est fignolé à la perfection. J’ai presque envie de ne rien dire de plus, de peur que mes mots ne soient pas à la hauteur des éloges que mérite le film.

the favourite

1. THE FAVOURITE – Yorgos Lanthimos
Sans hésitation mon petit favori de 2018 (elle était beaucoup trop facile à faire). Un tour du chapeau pour Yorgos Lanthimos, qui nous montre encore une fois à quel point il est en maîtrise de son art. Ayant comme trame historique la vie rocambolesque de la reine Anne d’Angleterre, THE FAVOURITE met en scène de grandes actrices qui incarnent la Femme dans tout ce qu’elle a de plus beau et de plus laid. Le plus surprenant, c’est qu’on rit du début à la fin, comme si toute cette rigidité royale n’était qu’une énorme farce. Un vrai bijou.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

archives

%d blogueurs aiment cette page :