Top 10 2017 de Delphine Larose

Poster un commentaire

12 janvier 2018 par Delphine Larose

Top10Delphine

2017 fût pour moi une redécouverte du cinéma, après une pause forcée par l’écriture d’un mémoire. À ma grande surprise, mes coups de cœur de l’année comportent plusieurs films d’horreur et de suspense, un genre qui m’attire moins habituellement. Comme quoi il fait bon de changer un peu, avec le temps ! Voici donc les dix films qui m’ont le plus marquée cette année.

10-thelma

10. THELMA – Joachim Trier
Dans ce récit tordu aux accents nordiques, on suit l’histoire de Thelma, une jeune femme qui se découvre, dans tous les sens du terme. Joachim Trier nous amène dans la froideur et la noirceur de la Scandinavie, où la ligne entre le bien et le mal disparait bien vite. Un film audacieux, qui sort du commun et nous vire à l’envers.

9-shape

9. THE SHAPE OF WATER – Guillermo del Toro
Il m’est encore impossible de catégoriser le dernier film de del Toro. Autant drame que fantastique, THE SHAPE OF WATER emprunte plusieurs codes classiques du cinéma pour raconter cette histoire d’amour qui sort du commun. Aux allures d’un film de Jean-Pierre Jeunet, ce film nous amène dans un monde impromptu, où l’amour est plus fort que la réalité.

8-beguiled

8. THE BEGUILED – Sofia Coppola
Il est quand même rare de compter deux films dans un même palmarès avec les deux mêmes acteurs principaux. Comme dans THE KILLING OF THE SACRED DEER (oups, spoilers ! ), on retrouve l’excellent duo Colin Farrell/Nicole Kidman qui livre avec justesse leurs rôles. Grâce à une belle brochette de personnages féminins aux forts caractères, l’adaptation qu’a faite Coppola du roman de Thomas P. Cullinan livre la marchandise. You don’t mess with those « vengeful bitches ».

Film Review The Big Sick

7. THE BIG SICK – Michael Showalter
Probablement le film le plus léger de mon top, THE BIG SICK nous fait vivre la rencontre d’Emily et Kumail, deux êtres venant de deux mondes complètement opposés. Débordant d’humour et de sensibilité, le film nous montre comment cela peut devenir compliqué lorsque deux personnes aux antipodes tombent en amour.

6-good

6. GOOD TIME – Benny & Joshua Safdie
GOOD TIME nous fait vivre une journée dans la vie de deux voyous du Queens, où tout tourne au vinaigre en peu de temps. Dans la catégorie « on est loin de Robert Pattinson en vampire », ce film des frères Safdie nous expose le quotidien dur et marginal d’un des quartiers les plus pauvres de New York. Le rythme du film nous tient en haleine du début à la fin, grâce à ce tourbillon étourdissant créé par le duo de réalisateurs.

5-get

5. GET OUT – Jordan Peele
Alright, alright, alright. Attache ta tuque, pis toute. GET OUT, c’est le genre de film que tu t’attendais à ce que ce soit un petit film d’horreur comme les autres, mais ce ne l’est vraiment pas. (En d’autres mots, « Tu pensais qu’c’tait ça que c’tait, mais c’tait pas ça que c’tait ». T’as pognes-tu ?) Pis ça va te déstabiliser, vraiment. Tu ne t’en attends pas, du moins pas autant que ça. Mais le plus agréable avec ce film, c’est qu’alors que tu ne t’en attends pas du tout, lorsque la tension est à son maximum, tu trouves quand même le moyen d’éclater de rire, entre deux flaques de sang.

4-columbus

4. COLUMBUS – Kogonada
Une rencontre improbable entre une jeune femme tiraillée et un jeune professionnel nous transporte dans un voyage contemplatif et architectural de la ville de Columbus, dans l’état de l’Ohio. Dans un geste simple et attentionné, on apprend à connaitre les protagonistes, qui évoluent au fil des courbes, des racoins et des couleurs des bâtiments qui les entourent. Comme quoi la beauté autour de nous peut réellement nous rendre heureux.

3-square

3. THE SQUARE – Ruben Östlund
THE SQUARE, c’est un crash course sur l’art contemporain, autant dans sa splendeur que dans sa laideur plus profonde. C’est aussi le portrait d’un homme qui s’est fait avoir par son propre pouvoir, sa masculinité, son individualisme et son égocentrisme. Un film dense qui vole dans tous les sens, et qui nous envoie des coups en pleine gueule jusqu’à la toute fin.

the-killing-of-a-sacred-deer-ksd_02198_rgb-3000

2. THE KILLING OF A SACRED DEER – Yorgos Lanthimos
Après le fabuleux THE LOBSTER, Yorgos Lanthimos revient avec une œuvre des plus percutante, perturbante, aseptisée. Un malheur mythologique pousse une famille au plus profond de la vulnérabilité, comme dans une espèce de cauchemar où l’on perd le contrôle. L’angoisse du film nous ronge du début à la fin, et la performance magistrale de Barry Keoghan nous fout la chair de poule.

1-call

1. CALL ME BY YOUR NAME – Luca Guadagnino
La découverte, les frissons, les regards, la douceur ; CALL ME BY YOUR NAME donne envie de vivre un amour comme s’il était le premier, dans toute sa parfaite naïveté. Un récit simple, mais riche, avec la musique de Sufjan Stevens qui nous berce jusqu’à la fin. Finalement, la beauté et la frivolité des paysages italiens nous donnent envie d’aller passer un moment au milieu des abricotiers, à lire des romans, et à échanger de prénom avec celui que l’on aime.

***

Top +5, parce que je suis blood de même :

11. BABY DRIVER – Edgar Wright

12. HUMAN FLOW – Ai Weiwei

13. THE GLASS CASTLE – Destin Daniel Creton

14. WORMWOOD – Errol Morris

15. A GHOST STORY – David Lowery

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :