Top 10 télé

1

8 janvier 2017 par Mario Melidona

top-10-tele

Une autre année et un autre tournant pour le petit écran alors qu’en 2016 pas moins de 455 séries télé ont été présentées ! L’âge d’or de la télévision continue de surprendre. Évidemment, personne ne pourrait même tenter d’écouter autant de séries, ce qui crée un nouveau problème : comment trier les meilleures séries pour former un Top 10 de l’année ? C’est pratiquement impossible et c’est la raison qui explique que mon Top comporte plus de dix entrées, parmi les séries que j’ai eu le temps d’écouter en entier. Je les ai parfois regroupés par thème ou par genre, pour vous présenter le meilleur de la télévision de fiction et de non-fiction. Ce qu’on retiendra de 2016 ? Un ton incroyablement sinistre.

unbreakable-kimmy-schmidt

10. UNBREAKABLE KIMMY SCHMIDT / THE GOOD PLACE
Dans une telle année sombre, les rares sources de joie débridée provinrent des memes de chiens et du charmant optimisme des séries UNBREAKABLE KIMMY SCHMIDT et THE GOOD PLACE. La saison 2 de cette première a été produite spécifiquement pour Netflix (alors que NBC a abandonné la série avant même la diffusion du premier épisode de la saison 1), ce qui fait que les épisodes sont plus longs, les blagues plus sophistiquées (chapeau au thérapeute de Kimmy au trouble de la personnalité intense joué par la cocréatrice Tina Fey), et l’écriture si addictive qu’il était impossible de faire autrement que de l’écouter en rafale. Lorsque Lisa Kudrow se pointe en étant la mère de Kimmy, je ne pouvais m’empêcher de m’esclaffer. Heureusement, NBC n’a pas abandonné la comédie THE GOOD PLACE (du cocréateur de PARKS AND RECREATION Michael Schur) qui présente la vie d’Eleanor Shellstrop (Kristen Bell), envoyée malencontreusement au « Bon Endroit » et tente d’apprendre tout ce qu’il faut faire pour être une « Bonne Personne ». Ted Danson est l’architecte de ce monde et D’Arcy Carden joue le rôle de Janet, un guide céleste à la connaissance infinie, tellement direct vous en aurez mal aux côtes à force de rire. La saison complète n’a même pas été complètement diffusée encore à l’heure où j’écris ces lignes, mais voir ce monde parfait s’écrouler — notamment la politique anti-jurons — en raison de la présence d’Eleanor est tout simplement hilarant.

stranger-things

9. STRANGER THINGS / BLACK MIRROR / la science-fiction sur Netflix
Netflix est sur une lancée dernièrement, ayant produit deux séries de science-fiction au succès retentissant à quelques mois d’intervalles. Dans la série qui évoque Stephen King STRANGER THINGS, des acteurs chevronnés menés par Winona Ryder aux côtés de jeunes enfants nous ont tous rappelé ces journées passées à flâner dans notre jeunesse. Heureusement, nous n’avons pas vécu dans le monde à l’envers ni n’avons affronté la créature menaçante dite Démogorgon (inspirée par la passion des jeunes pour Dungeons & Dragons). Un atout de la série est la résilience de Joyce Bryers (Winona Ryder) qui doit absolument garder espoir de retrouver son enfant disparu ; ce qui implique parfois de brandir une hache (dans un décor magnifique)… Alors que le consensus autour du pendant américain de la série BLACK MIRROR est que les épisodes ne se valent pas tous, les meilleurs de ceux-ci rattrapent largement les faux-pas. Nosedive (avec Bryce Dallas Howard dans un futur proche où l’on donne une cote aux autres) et San Junipero (une histoire d’amour qui transcende le temps et l’espace mettant en vedette Gugu Mbatha-Raw et Mackenzie Davis) sont tout simplement des exemples classiques de science-fiction qui n’est pas tout à fait du domaine de l’impossible, et demeurent effrayants. Vivement plus de science-fiction originale produite par Netflix !

bates-motel

8. BATES MOTEL / PENNY DREADFUL
Deux séries sur la séduisante tentation de plonger dans l’immoralité. Dracula dans PENNY DREADFUL qui mord Vanessa Ives et Norman Bates, icône du mal qui sévit dans BATES MOTEL. Les finales de ces deux saisons réservaient chacune son lot de surprises. Vanessa et Norma pensaient avoir trouvé l’amour mais, puisque le destin en a choisi autrement, leurs soucis sont revenus les hanter. PENNY DREADFUL a conclut son histoire avec le tout dernier épisode The Blessed Dark, après une saison complète de tiraillement pour Vanessa afin d’accepter son martyre et de sauver ceux qu’elle chérit, tandis que BATES MOTEL a donné aux fans ce qu’ils attendaient depuis le tout premier épisode, soit que « Norma » fasse son apparition et prenne le contrôle de son fils qui lui a promis dévotion éternelle.

veep

7. VEEP
Pour la cinquième saison de VEEP, le créateur de la série Armando Iannucci a cédé sa place à David Mandel, sans que cela ne se fasse ressentir. Avec le recul, cette saison semblait particulièrement prophétique alors que Selina Meyer et Tom James s’affrontaient aux élections présidentielles, étant au coude à coude, chacun tentant d’exploiter les complexes règles de la démocratie américaine. C’était vache, marrant et ça s’insultait au quart de tour. Un épisode était un documentaire et la série a permis à Julia-Louis Dreyfus de remporter un autre Emmy pour sa performance dans l’épisode à la fois triste et hilarant Mother, qui s’intéressait au rétablissement de la mère de Seline après son accident vasculaire cérébral et à sa propre possible victoire au terme de sa campagne. On sait bien toutefois que son équipe va finir par tout bousiller.

crazy-ex-girlfriend

6. CRAZY EX-GIRLFRIEND
L’énergie qui se dégage de cette comédie romantique musicale est tout simplement merveilleuse. La seconde saison de cette série créée par Rachel Bloom et Aline Brosh McKenna a gagné en assurance et devient complètement assumée comme on peut le constater à travers les chansons Love Kernels et The Math of Love Triangles. La série s’attaque aux archétypes romantiques traditionnels (Josh Chan) en les entourant d’amitiés féminines dynamiques (une relation déclinante avec Paula tandis que prend de l’ampleur la clique comprenant l’ex de Josh, Valencia). On n’y trouve peut-être pas le tape-à-l’œil typique aux comédies musicales, mais essayez d’écouter la chanson inspirée des Spice Girls Friendtopia ou le jouissif duel de rap JAP Battle sans tomber sous le charme. Impossible.

westworld

5. WESTWORLD
Qui aurait cru qu’une série western de science-fiction serait celle avec le plus de buzz en 2016 ? Non seulement HBO possède un nouveau hit, mais la série créée par Jonathan Nolan (la trilogie DARK KNIGHT, PERSON OF INTEREST) et Lisa Joy défie toutes les attentes en proposant un nouveau labyrinthe scénaristique, où les rebondissements et détours vous feront questionner la nature même de votre propre réalité. Même sans être un hôte, vous les encouragez. Basée sur le film homonyme de Michael Crichton de 1973, la série développe un monde où certains hôtes se remémorent leurs anciennes existences et l’oppression qui en découle afin de prendre leur destin en main. À noter, les éloquentes reprises au piano très vieille école de Ramin Djawadi, comme celle de la pièce Exit Music (For a Film) de Radiohead.

tonight-show-with-john-oliver

4. LAST WEEK TONIGHT WITH JOHN OLIVER / FULL FRONTAL WITH SAMANTHA BEE / les élections américaines
Parlant de l’Amérique, rien ne fut plus grossier en 2016 que les élections présidentielles. Rancunier, calomnier et carrément raciste, Trump a malgré tout remporté l’élection et le trauma collectif ressenti n’est que le commencement. Pour tenter de discerner la situation, nul ne fait mieux que les hôtes du LAST WEEK TONIGHT WITH JOHN OLIVER et FULL FRONTAL WITH SAMANTHA BEE. Chacun d’anciens correspondants du DAILY SHOW, ils ont parfois perdu leur sang froid et monté le ton. Est-ce que le public écoute ? Samantha Bee en particulier a été victime des partisans de Trump, s’étant accordé le droit (avec de nombreuses autres femmes) d’adopter l’étiquette « ThunderCunt » et de la brandir comme une arme contre Trump et ses semblables, tout en se moquant glorieusement de la persécution envers Ted Cruz. John Oliver tenta de minimiser le temps alloué pour Trump, résolution que les autres chaînes ont négligée avant qu’il ne soit trop tard, mais n’a eu d’autres choix que de souligner le ridicule des scandales éclaboussant les deux candidats, la stupidité des conventions des deux partis, ainsi que d’analyser le statut du Royaume-Uni dans l’Europe après le Brexit, la crise de l’eau à Flint et l’importance grandissante de la réglementation concernant le cryptage de données. Bonne année !

oj-made-in-america

3. AMERICAN CRIME STORY: THE PEOPLE V. O.J. SIMPSON / O.J.: MADE IN AMERICA
C’est tout simplement incroyable qu’O.J. Simpson soit le centre de non seulement une mais deux extraordinaires séries documentant la montée et la chute d’une véritable icône américaine. J’écoutais la série anthologique produite par Ryan Murphy AMERICAN CRIME STORY : THE PEOPLE V. O.J. SIMPSON en étant complètement bouche bée, renversé par la pure absurdité de la défense ET de l’accusation du sportif / acteur / superstar. Rien d’autre au petit écran cette année n’était aussi fort que d’être témoin de la diffamation de Marcia Clark (Sarah Paulson) dans les médias, de la performance sympathique et trompeuse de Cuba Gooding Jr. en O.J. et du jeu intense du reste du casting, y compris l’incarnation caricaturale de Robert Shapiro par John Travolta. Je crois que ses sourcils méritent leur propre crédit au générique ! Puis il y a la série documentaire en cinq épisodes produite par ESPN, réalisée par Ezra Edelman, qui va au-delà du procès pour meurtre. Cette série argumente que l’histoire d’O.J. n’est pas simplement une tragédie par le déroulement inadéquat du procès du siècle, mais également une exploration unique de la vie d’un homme qui a dû rapidement composer avec la célébrité, la masculinité et sa place en tant qu’Afro-Américain.

game-of-thrones

2. GAME OF THRONES
Libérée de la contrainte de suivre les romans de George R.R. Martin, GAME OF THRONES s’est aventurée en terrain inconnu cette année et ne pas savoir ce qui allait se passer était la meilleure chose possible pour la série et pour les téléspectateurs. Nous avons assisté à la résurrection d’un personnage majeur et le retour de plusieurs autres de différentes façons, notamment en usant de flashbacks que la série avait jusque là évités. Cette saison nous a donné deux de ses séquences les plus mémorables, que ce soit au niveau de la mise en scène, du jeu d’acteurs ou du montage avec l’épisode Battle of the Bastards et l’ouverture du dernier épisode The Winds of Winter. Sans oublier l’origine tragique de l’attachant lourdaud Hodor. Portons un toast en mémoire des disparus!

the-americans

1. THE AMERICANS
La situation des personnages de cette série ne peut que s’améliorer, non ? Les Jennings sont au fond du baril, car la paranoïa et le stress résultant de leur occupation d’agents doubles pour la mère patrie russe ont forcé le KGB à accorder un congé à la famille des meurtres et de la folie habituels. D’ailleurs, la série commence à tranquillement boucler les différentes trames narratives et conclue les arcs de personnages secondaires majeurs par l’exil ou la mort. Ce fut une année déchirante et solitaire pour ce grandiose drame de la guerre froide. Il y a encore deux saisons à venir mais je ne crois pas que la veine saillante sur le front d’Elisabeth pourra tenir le coup encore longtemps.

***

Mentions spéciales – 25 séries supplémentaires (en ordre alphabétique)

lemonade

AMERICAN CRIME, BETTER CALL SAUL, BETTER THINGS, CLASS, COLONY, THE CROWN, THE EXORCIST, FRESH OFF THE BOAT, THE GET DOWN, THE GOLDBERGS, THE GOOD WIFE (l’épisode final en particulier : End), GREASE LIVE!, LAST MAN ON EARTH, LEMONADE (photo), ORANGE IS THE NEW BLACK, THE PATH, PERSON OF INTEREST, THE REAL O’NEALS, SILICON VALLEY, SPEECHLESS, THE STRAIN, THIS IS US, TRANSPARENT, THE X FILES (en particulier les épisodes Mulder & Scully Meet The Were-Monster et Home Again), YOU’RE THE WORST

the-oa

20 séries que je dois rattraper
11.22.63, ASH VS. EVIL DEAD, ATLANTA, BASKETS, BOJACK HORSEMAN, BROAD CITY, THE EXPANSE, FLEABAG, HORACE AND PETE, INSECURE, LUKE CAGE, NARCOS, THE NIGHT OF, THE OA (photo), ONE MISSISSIPPI, QUEEN SUGAR, RECTIFY, ROOTS, UNDERGROUND, VERSAILLES

Une réflexion sur “Top 10 télé

  1. […] que mon Top 10 des séries télé de 2016 débordait de superbes séries qui osaient nous surprendre, certaines autres n’ont pas même […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

sondage

%d blogueurs aiment cette page :