Entretien avec Gaspar Noé

Poster un commentaire

9 octobre 2015 par Paul Landriau

Gaspar Noé

J’attends à l’hôtel où est prévu notre entretien. Fébrile, je suis étonnamment détendu. Je constaterai plus tard que le cinéaste semble plus timide que moi. Peut-être est-ce le décalage horaire? Mon tour arrive, je lui tends la main, tout sourire. Je prends quelques photos avec ma lentille grand-angle. Cela l’étonne. Il me demande de lui prêter mon cellulaire pour constater la différence. Qu’il soit obsédé par les lentilles, ça ne faisait aucun doute. Qu’il soit aussi calme et serein, ça surprend.

Paul Landriau : J’ai une anecdote pour vous. Parce que je sais que c’est votre film préféré (2001 : L’ODYSSÉE DE L’ESPACE) et parce que c’est également le mien! Une amie un jour a conçu des cartes d’affaires pour mon site web, elle m’en a fait cadeau. Pour le verso de la carte, elle a choisi un plan du film.

Gaspar Noé : (Rires)

P.L. : Je voulais commencer là-dessus. Dans le film LOVE, il y a un moment où on s’approche d’une ampoule au plafond…

G.N. : On dirait que c’est un trucage mais ce n’est pas un trucage. C’est une vraie ampoule!

P.L. : Une vraie ampoule. On s’en approche lentement, aspiré vers elle comme un papillon de nuit, ça rappelle beaucoup le travail dans ENTER THE VOID, où nous nous dirigeons souvent vers la lumière… Je me demandais si dans LOVE nous aurions droit là à une séquence onirique à la 2001 où pendant 10 minutes nous allions nous promener dans la lumière… Dans LOVE ce n’est pas le cas, c’est un film beaucoup plus posé au niveau formel. Il y a moins de mouvements de caméra, la fameuse caméra flottante que vous avez établie avec Benoit Debie. Vous explorez cette fois-ci la 3D. Nouvelle dimension. D’où vous est venu cet intérêt pour la 3D? Est-ce que ça fait longtemps que vous y songez? Cela doit faire 6 ans environ que la 3D nouvelle génération est implantée, avec le film AVATAR…

G.N. : Hum. À l’époque où j’avais fait ENTER THE VOID, AVATAR n’était pas sorti [la postproduction d’ENTER THE VOID a nécessité plus d’un an de travail, NDLR], ils sont sortis plus ou moins en même temps aux États-Unis [ENTER THE VOID avait sa première américaine à Sundance en janvier 2010, quelques jours après la sortie d’AVATAR, la sortie régulière eut lieu en septembre, NDLR] et il y a plein de gens qui m’ont dit : « Pourquoi tu n’as pas tourné le film en 3D? »… À l’époque où je l’ai tourné [fin 2007 et début 2008, NDLR], je ne savais même pas que les DCP [Digital Cinema Package, le nouveau standard digital, NDLR] allaient pouvoir reproduire la 3D de manière aussi efficace. Je sais qu’à l’époque il y avait pas mal de gens qui me disait qu’il aurait aimé la 3D pour le plan de l’éjaculation, la bite qui éjacule sur la caméra. Splash! On aurait pu arroser tout le public! J’ai gardé ça en tête, je me suis dit que si un jour je faisais un film en 3D, peut-être je mettrais ce plan-là…

P.L. : (Rires)

G.N. : Et c’est ce que j’ai fait! La 3D, c’est comme un jouet avec lequel je me suis amusé. À faire des photos fixes. Il y a 3 ans, ma mère agonisait et j’avais acheté une caméra 3D à la Fnac [chaîne de magasins française, NDLR], et je l’ai beaucoup filmé avec cette petite caméra. Mais pour avoir les images il fallait la brancher sur une télévision 3D alors du coup je me suis équipé. Je trouvais qu’il y avait un sentiment super bizarre quand je regardais ces images, c’est toujours des images du passé… Mais il y avait quelque chose de plus bizarre… En bien et en mal, en malsain ou en sain ou en intime, parce qu’on a l’impression de voir des petites marionnettes dans une petite boîte. Si tu filmes en gros plan quelqu’un, tu as l’impression de voir la tête en relief mais trois fois plus grosse que d’habitude. En filmant, j’ai compris qu’il fallait que la caméra soit fixe.
Après son décès, on a essayé de relancer le film, je ne pensais pas vraiment le faire en 3D. Un jour, un mec dans une boîte de postproduction m’a dit : « Tu sais que l’État français donne des aides aux nouvelles technologies pour faire des films en 3D? ». Du coup j’ai déposé mon projet au CNC [Centre national du cinéma et de l’image animée, NDLR] et le film s’est fait en 3D grâce à une subvention d’État. J’étais très content! C’est vrai que ces vidéos et ces photos que j’avais faites avant en 3D m’avaient mis dans un état de familiarité. Ça ne change pas le film! On peut voir le film en 2D. La 3D rajoute un truc, comme parfois la stéréo est mieux pour écouter la musique que le mono.

P.L. : Vos films, je crois, ce sont des évènements, on les attend au bout de six ans… Il y a donc ce désir de les voir en salle avant tout! Je ne me vois pas réécouter LOVE chez moi en 2D sur ma petite télé, ça prend l’expérience de la salle!

G.N. : Quelque part le film reste le même… C’est une version compressée. C’est comme 2001, tu le vois dans une grande salle en 70 mm ou en 35 mm…

P.L. : C’est pas la même expérience!

G.N. : Oui mais tu peux le voir sur ton iPad… c’est le même film, mais ce n’est pas le même film. Il y a certes un plaisir à jouer avec le spectateur dans une grande salle. Même la bande-son est beaucoup plus riche, les subwoofers envoient des fréquences qui ne sont pas les mêmes que les hauts parleurs d’un petit ordinateur ou d’une télé.

P.L. : Vous savez, aux États-Unis, il y a notamment James Cameron qui a fait une conversion de son TITANIC pour la 3D…

G.N. : Que je n’ai jamais vu…

P.L. : De notre côté, en Amérique du Nord, j’ai l’impression que l’effervescence de la 3D s’est un peu estompée. Il y a moins d’intérêt, peut-être. Néanmoins, avez-vous songé à convertir ENTER THE VOID en 3D?

G.N. : Non, le film n’a pas assez bien marché. La conversion coûte très cher. Techniquement, c’est un peu improbable… Le résultat peut être vraiment efficace si tu passes énormément de temps à bien le faire. Ils l’ont fait pour un film que j’ai vu en 3D, LE MAGICIEN D’OZ. Je trouve que ça marche super bien! Ils devraient prendre quelques grands classiques du cinéma comme KING KONG, qui est accessible à un public familial, et les convertir en 3D. Tous ces films d’époque étaient essentiellement faits en plans fixes. Ou avec des mouvements de caméra très lents. C’est des films qui sont plus simples à spatialiser que des films modernes qui sont faits avec caméra portée, un plan toutes les 4 secondes.

P.L. : Pour vous, utiliser la 3D ça dicte donc le fait de stabiliser la caméra, par rapport à ENTER THE VOID, à IRRÉVERSIBLE?

G.N. : Oui. Quand on fait un film en 3D, la caméra qui bouge ça devient très vite nauséeux. Il me semblait plus naturel de n’avoir que des plans fixes. Ou des mouvements d’avancée ou de recul. Mais même aucun travelling latéral.

P.L. : Si on m’avait dit l’an dernier que le prochain Gaspar Noé ferait entendre du Erik Satie sur une scène très tendre, j’aurais probablement cru au canular! Vous êtes-vous assagi avec le temps?

G.N. : Non, non! Ensuite, il y a ces films-ci et ces films-là. Erik Satie n’avait peut-être pas sa place dans ENTER THE VOID, mais dans ce film-ci, oui. Il y a aussi du Bach dans ce film, les Variations de Goldberg par Glenn Gould qui est le morceau préféré de mon père. Et que j’ai obtenu pour pas grand-chose! J’ai halluciné. Je pensais qu’il serait beaucoup plus cher. Il y avait également une mélodie de Bach dans ENTER THE VOID. Le truc, c’est que pour ce film, j’ai pris que des musiques a posteriori, une fois qu’on avait monté le film. J’ai essayé d’avoir tous les morceaux que j’aime le plus sur mon iTunes. Ensuite on a commencé les négociations, et il y a plein de morceaux que j’ai pu obtenir, il y a même un morceau de Pink Floyd! Il y a du Brian Eno, du John Carpenter, mon morceau de guitare électrique préféré de tous les temps : Maggot Brain de Funkadelic. J’ai également eu mes deux morceaux préférés de John Frusciante. On avait une enveloppe qui n’était pas si grande, mais peut-être parce que c’est un film d’auteur difficile, les maisons de disques ont été très sympathiques avec moi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

sondage

%d blogueurs aiment cette page :