Top 5+5 2014 de Charlotte Bonmati-Mullins

Poster un commentaire

5 janvier 2015 par Charlotte Bonmati-Mullins

Top 5 + 5 2014 Charlotte

À la veille des festivités, ma foi, fort caloriques (l’alcool en brûle un peu, non? Tant pis…) et à l’aube de la mise en application des bonnes résolutions du Nouvel An, nous nous décidons à prendre notre plume par les cornes pour vous concocter un compte-rendu de nos coups de cœur 2014. Or, pour celle qui écrit ces quelques lignes, les chouchous peuvent provenir autant du cinéma que du jeu vidéo. Alors, à vos marques, prêts? Déc(o)uv(r)ons!

Diplomatie

5. Diplomatie – 84 min – France, Allemagne – Volker Schlöndorff

C’est après avoir foulé les planches des centaines de fois, qu’Arestrup et Dussolier se glissent à nouveau dans leurs rôles respectifs du Général Von Choltizt et du diplomate suédois Nordling; et sous la superbe direction photo d’Amatieu, leurs prestations dévorent littéralement le grand écran. En s’engouffrant dans les non-dits de l’Histoire, le film de Schlöndorff — et la pièce de Gély avant lui — soulève au moins autant de questions qu’il n’apporte de réponses : dans la si fatidique nuit du 24 au 25 août 1944, (qu’est-ce) qui a bien pu empêcher le Gouverneur du Grand Paris de réduire la capitale Lumière en cendres tel qu’Hitler le lui avait ordonné? Voilà une partie d’échecs rondement mise en scène.

Vivir es facil

4. Vivir es fácil con los ojos cerrados – 108 min – Espagne – David Trueba

Hé oui, nous sommes démasqués : c’est un film de 2013 dans le top de 2014. Mais parce que, si la discipline se trouve justement à être l’une de nos bonnes résolutions pour 2015, ce petit bijou nous force à y déroger quelques heures encore! Ce road-movie, qui chantonne le « Help! » des Beatles comme s’il s’agissait d’un cri de liberté et d’espoir sur fond de franquisme, est une merveille à découvrir… L’irrésistible justesse de Javier Cámara aussi!

Birdman

3. Birdman – 119 min – États-Unis – Alejandro Gonzáles Iñárritu

Icare ne se serait pas abîmé en mer pour avoir voulu côtoyer de trop près les rayons du soleil : privé de ses ailes, le bougre a plutôt échoué dans une loge poussiéreuse du vieux St James Theater à Broadway. Et depuis deux décennies, Thompson/Keaton essaie de se remettre de son rôle de superhéros (super-fadasse?), Birdman/Batman. Le lancinant Iñárritu nous livre là son film le plus lumineux et délaisse (enfin) le film choral pour la caméra chorale. S’élançant à la suite des acteurs (tous fabuleux!), la caméra se fait vivante comme rarement auparavant pour mieux montrer l’envers ô combien mouvant d’un décor fixe.

Jauja

2. Jauja – 108 min – Argentine, Danemark, France, Mexique, États-Unis, Allemagne, Brésil, Pays-Bas – Lisandro Alonso

L’expérience proposée par Alonso est traversée de bout en bout par une inquiétante étrangeté qui s’accrochera un moment à votre âme, comme un écho au métaphysique STALKER de Tarkovski (1979) : ou l’impression de regarder un miroir dans lequel notre reflet nous tournerait le dos. À l’image de la Patagonie à la fin du XIXe siècle, le film est immense, aride et déjà hanté par une population autochtone que le général — et futur président — J.A. Roca a fini par réduire à peau de chagrin. Une œuvre ultra-maîtrisée dont on sort vidé et rempli tout à la fois…

The Grand Budapest Hotel

1. The Grand Budapest Hotel – 100 min – États-Unis Allemagne, Royaume-Uni – Wes Anderson

Avec cette dernière sucrerie délicieusement surannée, l’artisan-conteur texan renoue plus que jamais avec l’émerveillement du cinéma d’attraction des premiers temps. THE GRAND BUDAPEST HOTEL oscille entre le réalisme des frères Lumière et la fantaisie de Georges Méliès, tout en nous happant dans une sorte de mouvement perpétuel très proche du cartoon « rotoscopié » des Fleischer, mais aussi du découpage temporel de certaines bandes dessinées. Ces multiples emprunts sont d’autant plus flagrants dans les séquences d’échange de coup de poings ou de course-poursuite, qui ne sont certainement pas sans rappeler le slapstick… À voir et à revoir!

***

Oddword New 'n' Tasty!

5. Oddworld: New ’n’ Tasty!

L’univers étrange et envoûtant d’Oddworld (saga dystopique de Lorne Lanning) s’est érigé au rang de classique d’action-aventure et ici, il est entièrement remis à neuf : Just Add Water ne se contente pas d’une simple remasterisation, mais recrée et remodélise les décors et les personnages, en allant jusqu’à repenser la jouabilité d’abord imaginée par Oddworld Inhabitants. Et pour couronner le tout, il reste d’une fidélité absolue.

Monument Valley

4. Monument Valley / Soldats Inconnus : Mémoires de la Grande Guerre (égalité)

La direction artistique de Monument Valley est remarquable et sa puissance onirique est décuplée par une bande-son toute en nuances. Quant au concept de ce jeu indépendant, il est diablement efficace : faire basculer la perspective en changeant les angles, de façon à ce qu’un petit personnage drapé de blanc puisse traverser une impossible géométrie à la M.C. Escher.

Soldats Inconnus Mémoires de la Grande Guerre

Soldats Inconnus, lui, est un jeu de guerre qui sort des sentiers moult fois (re)battus par les FPS triple A ou les jeux de gestion et de stratégie. Son design, évoquant les bédés de Tardi, est sublimé par le moteur UbiArt Framework et réussit à évoquer l’un des plus terribles conflits du siècle dernier avec brio; d’une grande poésie!

Halo The Master Chief Collection

3. Halo : The Master Chief Collection

L’arrivée prochaine de la bêta de Halo 5 est sans aucun doute un des prétextes à l’origine de cette compilation de rêve. Autant le mode campagne que le mode multijoueur y sont d’une jouabilité à toute épreuve. Les graphismes de Halo 2 (remasterisé) et de Halo 4 sont magnifiques et nous poussent à plus d’indulgence face à ceux de Halo 1 et 3. Et puis, que dire des compositions orchestrales de Martin O D’Donnell et des bruitages très « Star Warsiens » de la saga qui fut le fer de lance de la première console Microsoft? Voilà toute une entrée en matière pour les joueurs qui souhaitent découvrir l’univers mythique de Halo!

The Last of Us Remastered

2. The Last of Us Remastered

On replonge avec plaisir (et crainte) dans la funeste odyssée de Joel et Ellie, dans une Amérique qui se putréfie et mute, infectée par le Cordyceps. La puissance d’évocation du scénario, la densité de ses protagonistes et l’univers apocalyptique sont d’une maturité rarement atteinte dans un jeu AAA. En bonus, le DLC « Left Behind » apporte un éclairage nouveau et percutant sur la jeune survivante. Plus qu’un léger remodelage, ce jeu offre le meilleur de la PS3 dans une version complète sur console next-gen.

Alien Isolation

1. Alien : Isolation

Selon nous, Creative Assembly livre un des jeux les plus réussis et maîtrisés de 2014. À la différence d’un FPS classique, ce survival horror nous place tout en bas de la chaîne alimentaire… traqués par le funeste xénomorphe qui sera rapidement l’unique Némésis du jeu. Le design visuel et sonore nous replonge dans le cauchemar créé par H.G. Giger et Ridley Scott. Faites attention toutefois car ce jeu est réservé aux amateurs d’infiltration à l’ancienne : oubliez les sauvegardes automatiques puisqu’ici les bornes de sauvegardes, les munitions et l’équipement (sommaire) se débusquent par la peau des dents!

***

Mentions toutes spéciales à :

The Vanishing of Ethan Carter (Nordic Games) : Jeu d’aventure à mi-chemin entre l’angoisse et la contemplation. Actuellement disponible sur PC et bientôt sur PS4.

Mario Kart 8 (Nintendo) : Jeu de course à la rejouabilité infinie, disponible à la fois en mode solo et multijoueur sur Wii U.

Dark Souls II (Bandaï Namco) : Jeu de rôle et d’action réservé au joueur qui aime en découdre. Se joue sur PS3, 360 et PC.

Rayman Legends (Ubisoft) : jeu de plateforme complètement déjanté comme seul son créateur, Michel Ancel, en est capable. Se joue seul ou à plusieurs sur Wii U.

Divinity : Original Sin (Larian) : Jeu de rôle à l’ancienne disponible sur PC et Mac.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

sondage

%d blogueurs aiment cette page :