Déambuler dans les méandres du subconscient

Poster un commentaire

7 octobre 2013 par Paul Landriau

l-etrange-couleur-des-larmes-de-ton-corps

Quelle baffe! L’ÉTRANGE COULEUR DES LARMES DE TON CORPS fait partie de ces films si originaux, si énergiques, si festifs, qu’il vaut mieux ne rien savoir avant d’aller voir le film. Ne lisez rien donc. Vous voilà prévenus.

Le film du duo Hélène Cattet et Bruno Forzani (qui ont précédemment réalisé AMER, également présenté au Festilval du Nouveau Cinéma) est pratiquement indescriptible. Un simple synopsis sert très mal le film, car dans ce film, plus que tout autre, le résultat importe bien moins que le(s) moyen(s) d’y arriver. Pour la forme, résumons qu’un homme occupé rentre chez lui pour constater que sa femme a disparu. Il se renseignera auprès de ses voisins d’immeuble, et ce faisant, s’engouffrera dans un labyrinthe de réalités liquides.

Film de minuit ultime, L’ÉTRANGE COULEUR rappelle le premier contact que le monde a reçu de Lynch avec son ERASERHEAD, l’énergie créative d’un TETSUO, et use de la même passion du cinéma qu’un HOMME À LA CAMÉRA. On nage en plein cinéma surréaliste qui multiplie les tentatives et façons différentes de montrer les mêmes images primaires: un homme qui erre, un tueur anonyme au couteau effilé, une femme nue, un immeuble inquiétant. Pour les spectateurs sensibles, sachez que le film propose des images extrêmement crues. Nous errons bel et bien dans la psyché laide et angoissée d’un homme troublé. Proches du cinéma expérimental, Cattet et Forzani s’amusent, raffolent d’une multitude d’effets de styles qui viennent dérouter le spectateur et en mettent plein la vue. Split-screen, ralentis, superpositions, arrêt sur image, répétitions, effet de clignotement (flicker), le film, tel un cauchemar auquel le rêve tente de se dérober, enchaîne les images fortes à un rythme enlevant, balayant son protagoniste d’une pièce d’anthologie à une autre. Une scène en particulier, plutôt longue, s’offre comme le plus beau et étrange cours de montage. Notre mari effrayé, Dan Kristensen (super casting en Klaus Tange), se réveille, au beau milieu de la nuit, nu comme un ver et éclairé par une lumière verte. Il se dirige vers l’interphone de son appartement qui sonne. Sur l’écran de l’interphone, il aperçoit son double, également nu, apeuré, qui lui demande d’ouvrir la porte. Son double est éclairé d’une lumière rouge très crue. Dan vert lui ouvre et se retourne, trop tard malheureusement, car il se fait poignardé à multiples reprises. Ce qui déclenche le réveil de Dan… nu comme un ver, éclairé d’une lumière verte. La scène sera reprise, avec cette fois des variations dans les actions et le montage (il n’ouvre pas la porte au Dan rouge cette fois). Il mourra encore une fois, ce qui le réveillera à nouveau. Une nouvelle variation nous propose un montage frénétique mettant les deux Dan en superposition à l’aide d’un effet de clignotement, le vert et le rouge alternant rappelant ainsi l’esthétique de films 3D d’il y a une dizaine d’années ou des lunettes rouge et verte permettaient le dédoublement de l’image. Le film est rempli de telles trouvailles. Cauchemars en boucle, le personnage de ce film est pris dans une toile mortelle et spirale, comment peut-il espérer trouver du sens à tout cela, ou même, sa femme?

Si le côté visuel baroque étouffe déjà le spectateur, lui conférant les même peur et confusion que notre personnage du rêveur éveillé, la bande sonore n’est pas en reste. Constructions stylistiques appuyées ou chansons pop jouant le contrepoint de l’image, le tout se vit comme un concert rock. Un cinéma aux décibels sanglants qui ne vous laissera pas indemne. Un film à subir plutôt qu’à contempler qui habitera longtemps votre arrière-pensée, et qui, je l’espère, laissera vos cauchemars tranquille.

9

L’Étrange couleur des larmes de ton corps – 2013 – 102 min – Belgique, France, Luxembourg – Hélène Cattet et Bruno Forzani

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

sondage

%d blogueurs aiment cette page :