La nouvelle école de l’horreur

Poster un commentaire

6 septembre 2013 par Paul Landriau

VHS2

Le concept même du film anthologique semble se prêter à merveille au genre de l’horreur. Car après tout, ces fameuses soirées de Double features qu’on se faisait à l’époque au cinéma et maintenant bien souvent à la maison entre potes nous permettent de voir des films différents, des visions uniques de l’épouvante comme elle est explorée aux quatre coins du globe. Ainsi, l’esthétique d’un Giallo n’a rien à voir n’y à envier aux films de zombies américains, comme ceux-ci, possédant leur propre vocabulaire, sont bien différents de la j-horror contemporaine. Après tout, ce qui nous attire dans l’horreur, ce n’est pas le scénario en tant que tel, qui est plutôt un prétexte, mais bien l’élaboration de situations horrifiques et cauchemardesques.

Le premier volet donc, présenté avec fracas au Festival Fantasia l’an dernier, nous permettait de nous plonger dans quelques histoires courtes, autant d’épreuves déstabilisantes pour les cœurs sensibles, et donnait un souffle de vie au genre de l’horreur pure, sans ironie. Là où un CABIN IN THE WOODS ou encore un TUCKER AND DALE VS EVIL s’amusent à déconstruire les codes d’un sous-genre de l’horreur, le slasher, et fait rigoler le spectateur au passage, V/H/S s’imposait comme un film sans compromis. Le concept même d’emprunter une esthétique datée (celle de la caméra VHS) apportait une crédibilité aux nombreux effets numériques. Il est intéressant d’ailleurs de constater que le format VHS lui-même semble se marier à merveille avec nos angoisses inconscientes collectives, comme dans le très solide RINGU et son remake américain.

Cette suite, qui n’a de suite que le nom, agit en tant que variation d’un même sujet. Un court agit en portemanteau; deux journalistes découvrent dans une maison abandonnée un ordinateur portable contenant des vidéos s’adressant à un éventuel spectateur et des piles de VHS gisant à même le sol. Notre protagoniste féminin, curieuse, va donc les insérer une à une dans le lecteur, au grand plaisir du spectateur. Le film est plus court que son prédécesseur, les segments sont plus réussis. Là où l’effet de surprise n’y est plus, l’efficacité et un rythme plus soutenu prennent le relais. En particulier, on notera le segment consacrée à un culte, qui prend des détours et propose des surprises assez phénoménales. Ce segment, co-réalisé par Gareth Evans et Timo Tjahjanto se place en plat de résistance. Un autre qui commence par un cycliste de montagne se filmant à l’aide de caméras Go-Pro, tourne rapidement en invasion de zombies tourné en caméra subjective. Comme cerise sur le sundae, le plutôt loufoque et old-school segment de Jason Eisener offre rien de moins qu’un party de jeunesse interrompu par une invasion extra-terrestre.

On aurait certes souhaité retrouver peut-être une plus grande touche de folie, certains segments sont très peu mémorables et plutôt bidons, alors que ceux précédemment nommés accomplissent parfaitement leur boulot. C’est l’inévitable risque de ce type de film. D’ailleurs, pour voir un exemple des pièges du film anthologique, le piètre THE ABCs OF DEATH fait office de parent pauvre. Souhaite-on pour autant avoir droit à notre classe annuelle? C’est un pas que l’on ne franchira pas.

Offrant donc un avant-goût de la relève, V/H/S/2 possède une cohérence et surtout une maîtrise certaine nous permettant de voir éclore des nouveaux cinéastes qu’il faudra suivre dans les prochaines années. Comme école de l’horreur, cette seconde classe annuelle est bien satisfaisante et mérite le diplôme. En matière d’horreur pur dénué d’ironie ou de second degré, ces deux premiers volets s’inscrivent dans ce qui se fait de meilleur dans le genre depuis une dizaine d’années. À voir, de préférence dans le noir le plus complet, si vous avez les trippes pour le faire.

V/H/S/2 – 2013 – 96 min – États-Unis, Canada, Indonésie – Simon Barett, Jason Eisener, Gareth Evans, Gregg Hale, Eduardo Sanchez, Timo Tjahjanto, Adam Wingard

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

sondage

%d blogueurs aiment cette page :